Pourquoi tant d’incendies ?

POURQUOI  TANT D’INCENDIES ?

Pourquoi, moi, pépiniériste et paysagiste, je me permets d’écrire cet article au sujet des incendies qui ravagent notre Nature et par conséquent réduit notre espérance et qualité de vie.

Et bien simplement parce que je suis Terrien ; que notre entreprise a obtenu différents labels dont le 1er prix  TPE de l’Engagement Durable grâce à nos actions respectueuses de l’environnement entre autres. J’ai suivi des études dans les Eaux et Forêts. Nous sommes producteurs et reproducteurs de Nature et je me dois de réagir.

Sinon, à quoi sert mon métier et à quoi servent mes labels et reconnaissances professionnelles ?

Donc, j’apporte mes compétences au service de Tous.

Alors, pourquoi ?

  • Les bas-côtés de nombreuses routes en lien avec les pinèdes ne sont pas tondus dès leurs dessèchements. En effet, il est logique de les laisser en végétation pour la diversité biologique, tant qu’ils sont verts mais pas après ? Le bon exemple : le lien de Castries à Saint Gély du Fesc.
  • Les particuliers sont passibles de peine s’ils ne tondent pas leurs propriétés alors que nombreuses communes et organismes de l’État ne respectent pas cette législation ?
  • On construit des habitations à proximité des forêts avec viabilisation mais on installe rarement des bornes incendie. Les Valeureux pompiers sont obligés de pomper l’eau dans les rivières déjà en cours d’assèchement et perdent beaucoup de temps.
  • Certaines communautés de communes mettent en place un système de régie intercommunale pour entretenir les délaissés, tels les cantonniers d’époque moins incendiaires alors qu’on les occupe injustement à tailler et entretenir leurs espaces verts uniquement, malgré leurs incompétences. Plutôt que prévenir des incendies en ramassant les morceaux de verres et autres déchets dans les fossés secs et à débroussailler ?
  • On a supprimé les cendriers dans les voitures récentes…n’est-ce pas tenter les fumeurs à jeter les mégots par la fenêtre ?
  • Certaines formations « écolo » très averties ne veulent pas de coupe-feu dans les forêts, soit disant pour conserver la biodiversité…On a vu les résultats dans les Landes…il n’y a plus de Nature du tout !  Ne pensez-vous pas que l’on pourrait récupérer  et vendre le bois sur des coupe-feu de 80 ou 100m de large en ayant une végétation basse permettant aux pompiers de passer et aux animaux de se nourrir,  plutôt que de se retrouver avec des arbres et des animaux calcinés ? On manque de gardes forestiers dans le Sud.
  • Que va-t-on faire des forêts brûlées. Va-t-on continuer à laisser les résineux dominer ou va-t-on diversifier avec des feuillus et des arbres résistants au feu ? Va-t-on continuer à définir des immenses zones boisées et des immenses surfaces céréalières, viticoles, cultivées ? Ou bien, enfin mettre en place des zones agricoles sur des surfaces de forêts calcinées  et reproduire des surfaces boisées parmi des zones agricoles ? Tout le monde sait que les terrains brûlés sont très fertiles et inversement que sur les terrains super exploités abandonnés…la Nature reprend ses droits ?

Par exemple : Les terrains pentus pour l’élevage ou les vignes (avec des mesures pour se défendre du gibier). Exemple Saint Christol.

  • La mode aujourd’hui est de créer des voies vertes…génial pour s’aérer et pour créer des liens sociaux et « citadiniser » la campagne. Cependant, est-il indispensable de détruire les arbres qui se retrouvent sur leurs passages ?  Pourquoi les goudronner afin de nous brûler la « plante J des pieds » en plein été… ce bitume inflammable qui accumule et renvoie tellement de chaleur ? Ne suffirait-il pas simplement de rendre accessibles les chemins campagnards et forestiers ?
  • Bien sûr, on pourra me dire que la prévention coûte. Dernières questions : Combien coûte la vie des combattants du feu ? Combien coûte la pollution générée par les incendies :en vies et en maladies ? Combien coûtent les interventions impossibles ? Combien de pertes financières et matérielles des forêts brûlées ? et on peut ajouter les infrastructures qui perdent de temps…..

C’est peut-être pour cela que je suis Éric DUBOIS et que je suis un colibri (comme aurait dit mon ami Pierre RABHI) ; pour participer à sauver la Nature et l’Humanité sur notre chère Terre et tant pis si mes questions dérangent !

J’espère avoir des réponses.

Naturellement Vôtre

Éric Dubois.

Marsillargues, le 23 août 2022

Retrouvez sur France Bleu Hérault l‘interview de Guy Pierson à Eric Dubois “Comment gérer l’après” des incendies de l ‘été”

samedi 3 septembre 2022 à 07h20   https://www.francebleu.fr/emis…/expert-jardin-et-bricolage